Défendre les petites fermes est plus que nécessaire !

vendredi 29 juillet 2016
par  amisconfalsace

AGRICULTURE PAYSANNE

Parler de l’agriculture paysanne au travers de celles et ceux qui la font au quotidien...



Agriculture paysanne – Défendre les petites exploitations fait partie des combats de la Conf’ auxquelles nous sommes solidaires... Que cela soit en Alsace ou ailleurs !
Défendre les petites fermes est plus que nécessaire !
vendredi 29 juillet 2016 à 20h00 – Mise à jour samedi 30 juillet à 12h20
La France compte aujourd’hui cinq fois moins d’exploitations qu’en 1955. Les fermes, moins nombreuses, deviennent plus vastes en gagnant les terres libérées par celles qui disparaissent. La surface moyenne des exploitations professionnelles augmente régulièrement : elle est passée de 42 ha en 1988 à 66 ha au début des années 2000 pour s’établir aujourd’hui à 78 ha, quelle que soit l’orientation de l’exploitation.
Chaque semaine, en France, 200 fermes disparaissent.
A ce phénomène inquiétant s’ajoute l’accaparement des terres.
Aujourd’hui en France, 60 000 hectares de terres agricoles sont couverts de bitume tous les ans, soit l’équivalent de la surface de Paris qui disparaitrait tous les deux mois. La tendance est à la même en Europe, qui a perdu 30 millions d´hectares de terre entre 1961 et 2003, soit une perte annuelle de 770 000 hectares par an (FAO, 2007). Excepté l’Espagne et la Belgique qui ont vu leurs surfaces agricoles augmenter.
La diminution des exploitations est politique !
Pire, elle est soutenue par le syndicat majoritaire en France.
La crise agricole que connait notre pays est également politique !
Au niveau européen, la seule réponse des institutions est la disparition des paysans comme mesure de régulation…
La Confédération Paysanne s’oppose à croire que les paysans et paysannes soient condamnés à disparaitre.
Nous, consom’acteurs, avons aussi notre mot à dire !
Dans le Grand Est, sur le massif Vosgien, ce sont essentiellement les petites fermes de montagne qui sont directement menacées de disparition faute de pouvoir bénéficier de certaines aides liées à sa taille – calcul de la superficie de l’exploitation – ou de son troupeau – unité de gros bétail (UGB) ; c’est-à-dire, le nombre de bêtes en-dessous du quel une exploitation n’est plus considéré comme une exploitation agricole – et de débouchés.
Il est d’ailleurs invraisemblable de se dire que pour exister (en parlant des paysan-nes), il faille des aides publiques et européennes pour cela.
Pourtant, le travail ne manque pas !
Il est simplement conditionné au bon vouloir de l’agro-business et des débouchés, d’une manière générale et de la PAC qui favorise les plus gros au détriment des plus faibles.
Les exemples d’exploitations qui ont fait le choix de revenir à des valeurs paysannes saines et respectueuses de la nature montrent qu’il existe des alternatives à ceux qui pensent que la mondialisation est mère nourricière de l’humanité. Une pensée totalement fausse. Les circuits courts, le local sont des principes vers lequel nous devons revenir pour défendre les petites fermes. Ce sont elles qui nous nourrissent.
Défendre les petites exploitations fait partie des combats de la Conf’ auxquelles nous sommes solidaires... Que cela soit en Alsace ou ailleurs !
Sources : Confédération Paysanne [1], Terre de liens [2], Conso Globe [3] et INRA [4]
_   La Conf’ promeut l’agriculture paysanne comme ici à la Grange Rouge (71) les 29 et 30 août 2015.
_   Ou encore ici à La Bergerie de Pfaffenhoffen (67) le 25 avril 2016. 20160424_153400


        


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois